DES HOMMES…

Message de détresse de Sidonie Gottlieb, internée au Camp de Gurs en 1940

Message de détresse de Sidonie Gottlieb, internée au Camp de Gurs en 1940

Octobre 1940 – Sidonie Gottlieb : « peu à peu nous devons constater que notre seul espoir est un poison rapide et efficace. Dommage de nous tourmenter tellement, il n’y a pas d’autre solution. […] Jamais je ne me suis trouvée dans un tel état de dénuement, aussi sale, aussi tourmentée par la faim. […] Peut-être as-tu la possibilité de te procurer du poison que nous pourrions prendre le même jour ensemble, c’est-à-dire toi là-bas et moi ici. Il n’y a pas d’autre moyen d’échapper à […]



Anton Räderscheidt : un peintre allemand à l’épreuve des camps

Anton Räderscheidt : un peintre allemand à l’épreuve des camps

La montée du nazisme pousse Anton Räderscheidt à choisir l’exil en France. Avec l’entrée en guerre de la France contre l’Allemagne, l’artiste allemand change de statut : d’exilé politique qu’il était, il devient « ressortissant d’une puissance étrangère ennemie » et « indésirable étranger ». À partir du mois de septembre 1939, Räderscheidt connaît l’assignation à résidence puis l’internement administratif au centre de séjour surveillé du Camp des Millles (Bouches-du-Rhône). Ilse Salberg, sa compagne, est internée au Camp de Gurs (Basses-Pyrénées). Le 8 septembre 1942, ils parviennent finalement à […]



Torsten Hecht : l’artiste inconnu du Camp de La Braconne

Torsten Hecht : l’artiste inconnu du Camp de La Braconne

Le point de départ de cette histoire se situe à Monpazier (Dordogne). C’était un samedi de la fin du mois d’août 2009. Joëlle et Lucien, férus d’Histoire, organisaient une rencontre avec Sylvie et Jean-Louis. Sylvie nous présentait l’aquarelle (ci-dessous) dont le détenteur initial, Maurice Moreau, était casernier au camp de la Braconne. C’est ainsi que Maurice avait obtenu cette œuvre d’artiste, « en échange d’un service »… La signature figurant dans le coin inférieur droit du tableau étant à peine lisible, nous nous interrogions sur l’identité de […]



Émile Bauchet, militant pacifiste écroué à la prison militaire de Paris

Émile Bauchet, militant pacifiste écroué à la prison militaire de Paris

Déserteur en 1919, rattrapé dix ans plus tard par la justice militaire et condamné le 10 juillet 1929 à un an de prison, Émile Bauchet est écroué au Cherche-Midi jusqu’en avril 1930. Objecteur de conscience militant, il rejoint la Ligue internationale des combattants de la paix (LICP) et fonde, en décembre 1958, le Comité national de résistance à la guerre et à l’oppression (CNRGO). Au cours de sa détention à la prison militaire de Paris, Émile Bauchet reçoit de nombreux témoignages de soutien provenant de […]



Paul Reynaud et la folle journée du 16 mai 1940

Paul Reynaud et la folle journée du 16 mai 1940

Paul Reynaud, le 1er janvier 1940, alors ministre des Finances, futur président du Conseil et ministre de la Défense nationale et de la Guerre. Photo Stedman Jones, Time Life Pictures, Getty Images. Les événements qui se sont déroulés tout au long de la journée du 16 mai 1940 donnent un aperçu de l’état d’esprit et de la situation dans lesquels se trouvait le gouvernement face, d’une part, à la fulgurance de l’offensive allemande qui laissait le Grand quartier général des forces terrestres françaises parfaitement incrédule […]



Tamara Volkonskaïa, « Princesse rouge », égérie des FTP du Limousin et du Périgord

Tamara Volkonskaïa, « Princesse rouge », égérie des FTP du Limousin et du Périgord

Qui était Tamara Alexéevna Volkonskaïa ? Princesse ? Aventurière ? Agent des services soviétiques ? Nul ne le sait vraiment. Deux choses sont sûres : la première est que cette égérie des Francs-tireurs et partisans du Limousin et du Périgord décède à Plazac (Dordogne), le 2 juin 1967 ; la seconde est que le Présidium du Soviet suprême de l’URSS lui décerne, à titre posthume, l’Ordre de la guerre nationale de seconde classe. Cet article est la reprise partielle du texte de l’historien Hervé Dupuy, publié récemment dans le numéro 23-24 […]



« Lettres d’un innocent » : le capitaine Dreyfus à la prison du Cherche-Midi

« Lettres d’un innocent » : le capitaine Dreyfus à la prison du Cherche-Midi

Le capitaine Dreyfus est de loin le plus connu des prisonniers de la maison militaire d’arrêt et de correction de la place de Paris, rue du Cherche-Midi. Écroué le 15 octobre 1894 (n° 1075), Alfred Dreyfus est très injustement condamné le 22 décembre par le Premier conseil de guerre, pour « haute trahison ». Dans sa séance du 31 décembre, le Conseil de révision rejette son pourvoi en cassation. Le 5 janvier 1895, la dégradation du capitaine Dreyfus a lieu dans la grande cour de l’École militaire. […]