« La cité silencieuse, Strasbourg – Clairvivre (1939-1945) »

Le présent ouvrage de Christophe Woehrle a le grand mérite de nous faire revivre l’histoire oubliée de l’évacuation de 1939-1940, en s’attachant à une séquence plus méconnue encore : l’évacuation des Hospices civils de Strasbourg. Avec un soin particulier, le récit de l’auteur nous conduit à travers les péripéties du déménagement de l’hôpital vers la Dordogne, à Clairvivre plus précisément, une localité située à 50 kilomètres de Périgueux, qui a accueilli les Hospices civils de Strasbourg durant la période de l’évacuation.


Ce blog, consacré à l'Histoire pénitentiaire et à la Justice militaire, s'intéresse essentiellement aux hommes, aux prisons et aux camps…

Antoine Marius Décugis, gracié en 1912 contre l’inoculation d’un sérum antipesteux Antoine Marius Décugis, gracié en 1912 contre l’inoculation d’un sérum antipesteux

Le 18 décembre 1912, DÉCUGIS Antoine Marius est proposé pour la remise du reste de la peine de 40 ans de travaux forcés au bagne de la Nouvelle-Calédonie, prononcée contre lui le 12 décembre 1884, pour s’être prêté volontairement à une vaccination ayant pour but d’expérimenter un sérum antipesteux. Cette pratique était-elle courante au siècle dernier ? Était-il d’usage de proposer à des « bagnards » qui se porteraient volontaires en vue d’expérimentations médicales, une remise de tout ou partie de leurs peines… Décugis est-il le seul à avoir fait l’objet d’un tel marché ?

Le « Camp nègre » de Mauzac Le « Camp nègre » de Mauzac

Jusque dans les années soixante-dix, pour désigner le centre pénitentiaire de Mauzac, en Dordogne, on parlait tout simplement du « Camp ». On disait « travailler au Camp », et l’on précisait : « Camp Nord » ou « Camp Sud ». Il existait aussi un « Camp Maury », et même un « Camp nègre », aujourd’hui disparu, dont il ne reste pratiquement plus de traces dans la mémoire collective. Le projet de construction d’une annexe de la poudrerie de Bergerac est le point de départ de […]

Le nouveau centre de détention de Mauzac : « Club Med » ? Le nouveau centre de détention de Mauzac : « Club Med » ?

Le 19 juillet 2017, invité par Mme Caroline San-Nicolas, directrice du Centre de détention de Mauzac (Dordogne), l’architecte Christian Demonchy dresse le bilan de la « prison expérimentale », construite de 1984 à 1986. Revenant sur un projet initié il y a plus d’une trentaine d’années (1984-1986), il dresse un bilan très en demi-teinte de cette expérience engagée sous le mandat de Robert Badinter, alors garde des Sceaux.

Qui était G. Lutz, prisonnier de guerre allemand du camp de La Trémouille ? Qui était G. Lutz, prisonnier de guerre allemand du camp de La Trémouille ?

Les trois dessins reproduits ici sont inédits et ont valeur de témoignage documentaire. Ils représentent des scènes et des vues du dépôt de prisonniers de guerre 123, situé près de Tulle, en Corrèze. Ils sont sourcés avec la mention du lieu (Camp de la Trémouille, Tulle), de la date (août […]

Le « Camp nègre » de Mauzac Le « Camp nègre » de Mauzac

Jusque dans les années soixante-dix, pour désigner le centre pénitentiaire de Mauzac, en Dordogne, on parlait tout simplement du « Camp ». On disait « travailler au Camp », et l’on précisait : « Camp Nord » ou « Camp Sud ». Il existait aussi un « Camp Maury », et même un « Camp nègre », aujourd’hui disparu, dont il ne reste pratiquement plus de traces dans la mémoire collective. Le projet de construction d’une annexe de la poudrerie de Bergerac est le point de départ de […]

Périgueux, préfecture de la Dordogne, siège du tribunal de la 12e région militaire, de 1940 à 1942 Périgueux, préfecture de la Dordogne, siège du tribunal de la 12e région militaire, de 1940 à 1942

« L’Étrange Défaite » de 1940 bouscule l’organisation administrative de la France. Au mois de juillet, par décision ministérielle, les tribunaux militaires de Paris sont repliés sur Périgueux, siège de la préfecture de la Dordogne. Il faut alors trouver des solutions pour évacuer, transférer et juger des centaines de détenus : militaires […]