DES HOMMES…

Liens croisés entre Émile Abadie, Edgar Degas, Émile Zola… et le bagne de La Nouvelle

Liens croisés entre Émile Abadie, Edgar Degas, Émile Zola… et le bagne de La Nouvelle

Émile Abadie fait partie de ces jeunes chefs de bandes parisiens qui, très jeunes, se sont élevés à l’école du crime. En 1879, il est engagé comme figurant avec Pierre Gille (dit Gilles) par le régisseur du Théâtre de l’Ambigu, boulevard Saint-Martin, pour jouer dans une adaptation de L’Assommoir d’Émile Zola « parce qu’ils incarnaient physiquement le milieu dégénéré décrit par Zola » (Camille Laurens, La Petite Danseuse de quatorze ans, éditions Stock, 2017). Abadie, un personnage haut en couleurs sombres ! Edgar Degas, Tête d’homme, […]



Le sit-in de Garry Davis devant l’entrée de la prison du Cherche-Midi, en 1949

Le sit-in de Garry Davis devant l’entrée de la prison du Cherche-Midi, en 1949

Garry Davis, premier citoyen du Monde, entendait protester pacifiquement contre l’incarcération au Cherche-Midi de l’objecteur de conscience Jean-Bernard Moreau, dont il s’était déclaré solidaire…



« Saint-Martin-de-Ré : l’embarquement des récidivistes en partance pour l’île des Pins »

« Saint-Martin-de-Ré : l’embarquement des récidivistes en partance pour l’île des Pins »

La loi du 27 mai 1885, qui institua la relégation, une des lois les plus scélérates de la Troisième République, décida l’envoi en Guyane et en Nouvelle-Calédonie des récidivistes, des coupables de petits délits « qui, dans quelque ordre que ce soit et dans un intervalle de dix ans, avaient encouru quatre condamnations à l’emprisonnement… ». C’était, pour la métropole, se débarrasser des gens sans aveu, sans logis, des petits voleurs, des « paumés » sans domicile fixe, des vagabonds, des malfaiteurs qui avaient, injustice supplémentaire, déjà purgé leur […]



« Le Psaume du soldat prisonnier » de François de La Rocque, Cherche-Midi, 28/07/1943

« Le Psaume du soldat prisonnier » de François de La Rocque, Cherche-Midi, 28/07/1943

« Mon Dieu, je lève les yeux vers vous du fond de la cellule où m’ont jeté, en nos temps difficiles, les passions des êtres et des peuples, […] Mon Dieu, qui de tant de misères avez fait surgir tant de force, que Votre Saint Nom soit célébré ! » Non loin du château d’Olmet, à Vic-sur-Cère (Cantal) s’élève la chapelle Notre-Dame des Croix, inaugurée le 5 septembre 1964, à l’initiative des amis du colonel François de La Rocque, dont le château abritait un musée baptisé « la Maison du […]



Marie-Antoinette Duboisdendien-Noël, du Cherche-Midi à la prison de Mauzac

Marie-Antoinette Duboisdendien-Noël, du Cherche-Midi à la prison de Mauzac

En juin 1940, des dizaines de surveillants et des centaines de prisonniers issus des prisons parisiennes du Cherche-Midi et de la Santé participent à un exode singulier dont la mémoire pénitentiaire n’a conservé que peu de souvenirs. Dans un premier temps, jusqu’au 6 novembre 1940, le repli s’effectue dans les Basses-Pyrénées, au camp de Gurs. Ensuite, en raison de l’installation des tribunaux militaires de Paris à Périgueux, la prison est transférée au camp Nord de Sauvebœuf (à l’Est de Bergerac, en Dordogne) et prend le […]



Yves Péron et les trotskistes de la prison militaire de Nontron en 1944

Yves Péron et les trotskistes de la prison militaire de Nontron en 1944

La lettre de doléances du détenu Yves Péron, futur député communiste de la Dordogne écroué à la prison militaire de Nontron en 1944, renseigne sur les relations tendues qui existaient entre communistes staliniens et trotskistes internés dans les prisons militaires sous Vichy. Cette lettre – non publiée à ce jour – adressée au Capitaine Pointeau, commandant la prison militaire de Nontron, témoigne de l’antagonisme très fort qui opposait staliniens et trotskistes, ces derniers étant considérés par les communistes comme « des ennemis de la France », « des […]



Jean Amourelle, condamné à la peine de mort pour trahison

Jean Amourelle, condamné à la peine de mort pour trahison

Encarté à la SFIO depuis 1934, Jean Amourelle est qualifié par la presse de droite de « membre important et influent du parti socialiste », proche de Léon Blum. Le 26 juillet 1939, il fait l’objet d’un mandat de dépôt pour « infraction à la loi sur l’espionnage ». « Accusé d’avoir tenté d’entretenir des intelligences avec les agents d’une puissance étrangère pour leur procurer les moyens de commettre des hostilités contre la France », il est fusillé aux côtés de trois saboteurs, à l’aube du 22 juin 1940, sur le […]